ACTES 14.8-26

Étude nº24 – jeudi 23 octobre : Paul et Barnabé à Lystres ; le retournement

Imperturbable, infatigable rien ne l’arrête ! Mais qu’est-ce qui fait courir l’apôtre Paul ? D’où tire-t-il son incroyable énergie qui le remet sur pied même quand on le croit mort ? Paul serait-il un surhomme ? Paul, ce super-héros !

Pau l et Barnabé à Lystres - Raphaël

Pau l et Barnabé à Lystres – Raphaël

On imagine volontiers les titres dans les journaux et autres sites d’informations People si pareille aventure s’était déroulée aujourd’hui ou si certains de nos journalistes s’étaient rendus sur place pour traiter l’actualité du célèbre apôtre.

à auditoire différent, discours différent

Paul et Barnabé à Lystres - Michel Corneille

Paul et Barnabé à Lystres – Michel Corneille

C’est qu’en matière de spectaculaire, de rebondissements et de tragédie, notre passage est un livre d’aventure à lui tout seul. En effet, Paul et Barnabé continuent donc leur route après s’être fait « jeter » dehors à Iconium. Les voilà donc à Lystres, quelques dizaines de kilomètres plus loin, où on les retrouvent attelés à leur activité principale : ils prêchent ! Le texte ne rapporte pas, cette fois, les propos de l’apôtre prononcés vraisemblablement en pleine rue. C’est, en effet, depuis le début de son voyage, la première fois que Paul et Barnabé ne parlent pas dans une synagogue. Après le témoignage précédent porté à un public avisé de juifs, voilà Paul et Barnabé s’entretenir avec des païens. Nous le verrons par la suite, à auditoire différent, discours différent.

Paul et Barnabé à Lystres

Paul et Barnabé à Lystres

Luc rapporte une scène insolite. Il est difficile de savoir exactement à quoi ressemble concrètement un homme rempli de foi qui ne parle ni ne bouge mais Paul semble manifestement lire dans cet homme infirme qui n’a jamais marché depuis sa naissance, toute l’espérance de son cœur. Clairvoyance, discernement, Paul ne manque pas d’audace ni de force pour demander d’une voix forte, après l’avoir regardé intensément, de se lever. A la stupeur de tous, l’infirme se lève et se met à marcher.

Il n’est pas anodin de la part de Luc, l’auteur du livre, de relater un tel épisode qui évoque une histoire semblable (chapitre trois) où Pierre jouait alors le rôle principal. Il prononça sa fameuse expression « je n’ai ni argent ni or mais ce que j’ai, je te le donne, au nom de Jésus-Christ, lève-toi et marche » et releva ensuite l’infirme qui demandait l’aumône à Jérusalem. En plaçant Paul dans une situation analogue à celle de Pierre, Luc établit un parallèle évident entre les deux figures apostoliques qui se retrouvent alors sur le même pied d’égalité. Paul, le persécuteur arrêté par Christ sur le chemin de Damas, rejoint alors le petit cercle des pères de l’Église.

Paul et Barnabé à Lystres - Jacob Symonsz Pynas

Paul et Barnabé à Lystres – Jacob Symonsz Pynas

Si la réaction des habitants de Jérusalem avait suscité de la curiosité à l’égard de Pierre qui s’était empressé de recentrer les regards vers Christ, celle des habitants de Lystres est encore plus radicale. Voilà que les lycaoniens se mettent à considérer Paul et Barnabé tels les dieux Zeus et Hermès. Le public, plus rural que celui de Jérusalem, est porté par un attachement particulier aux légendes et aux mythes grecques dont l’un d’entre eux perdure probablement dans la région. Celui notamment de Philémon et Baucis, un couple âgé, qui offrit l’hospitalité au fameux dieu de la foudre. En retour, ce dernier exauça le vœu des époux de mourir paisiblement ensemble. La mort venue, ils furent changés en deux arbres qui certainement devaient être encore présents du vivant de Paul ne faisant qu’alimenter la légende.

Paul et Barnabé à Lystres - Jacob Jordaens

Paul et Barnabé à Lystres – Jacob Jordaens

Les lycaoniens assimilent alors la solide carrure de Barnabé à Zeus tandis que son très bavard compagnon qui opère des prodiges ne peut être qu’Hermès. Ils entreprennent alors d’honorer, par un sacrifice, comme il se doit en pareille circonstance, la venue des dieux parmi eux afin de bénéficier également de leurs faveurs. C’est l’effervescence et tout se passe très vite au point que Paul et Barnabé, qui ne connaissent pas la langue des habitants, ne semblent pas se rendre compte de ce qui se prépare.

La vérité éclate pourtant rapidement à la grande consternation de Paul qui ne peut que réprouver vivement cette pratique. La réaction de Paul et Barnabé se fait en deux temps. Ils déchirent leurs vêtements en signe de désapprobation et de protestation puis ils tentent de raisonner les habitants avec quelques paroles.

Paul et Barnabé à Lystres - Nicholas Berchem

Paul et Barnabé à Lystres – Nicholas Berchem

Les paroles de Paul sont doublement intéressantes. D’une part parce qu’elles sont exprimées dans une situation de crise et d’urgence, Paul doit parler spontanément avec vigueur et, d’autre part, car elles s’adressent à un public non juif. Paul adapte parfaitement son discours à ses interlocuteurs en les apostrophant « Mes amis, pourquoi faites-vous cela ? ». Il va droit au but en leur déclarant qu’ils sont dans l’erreur la plus complète. Tout d’abord parce qu’ils cherchent à honorer de simples hommes comme eux-mêmes et ensuite parce que les dieux qu’ils adorent ne valent rien (v15). Il les exhorte à se tourner vers l’unique Dieu qui a créé les cieux et la terre.

Si Paul adapte ses propos aux interlocuteurs et au contexte, son discours reste direct et sans ménagement « vos dieux ne valent rien ». Le résultat n’apparaît pourtant pas des plus concluants au regard des précédents discours. Paul a t-il choisi le bon angle pour s’adresser aux lycaoniens ? Aurait-il dû évoquer Christ et son oeuvre à la croix ? Difficile de savoir d’autant que les deux apôtres semblent un peu pris de court et que les lycaoniens sont déjà bien engagés dans leur célébration et peu réceptifs aux arguments des deux amis. Toutefois d’autres arguments sauront malheureusement trouver une oreille attentive chez les habitants de Lystres.

Paul et Barnabé à Lystres

Paul et Barnabé à Lystres

Voilà en effet que des juifs d’Antioche de Pisidie et d’Iconium sont arrivés à Lystres et se mettent à exciter la foule contre Paul et Barnabé. Il faut dire que les deux apôtres se sont fait, lors de leurs précédentes étapes, parmi les juifs, quelques ennemis vindicatifs. Et voici qu’ils suivent à la trace les deux hommes et parviennent à les rattraper au moment opportun. Il leur suffit de quelques témoignages orientés pour convaincre une foule déjà bien remontée. Une scène similaire a déjà été rapportée lors de leur visite à Iconium. Le procédé est bien connu lorsque l’on ne parvient pas à s’imposer seul face à un adversaire alors on cherche le soutien populaire qui se laisse souvent séduire par les arguments les plus simples quitte à être biaisés. Deux millénaires plus tard la technique est toujours aussi employée. Il n’en a pas été autrement lors du jugement de Jésus où la foule a pris fait et cause en faveur des accusateurs de Jésus.

Paul n’est pas loin de subir l’issue tragique du Christ puisque le voilà lapidé par ceux là même qui, peu de temps avant, voulaient le glorifier. Déception, colère, sentiments d’avoir été trompés, quelques soient les raisons de ce spectaculaire volte face, on ne peut être que stupéfait par les motivations réelles des lycaoniens et de l’inconstance de leurs décisions. On souhaiterait voir une telle foule blâmée et punie devant une attitude aussi versatile. On plaint finalement une telle population incapable de distinguer le vrai du faux pour faire triompher la justice.

Des mains charitables pour relever Paul

Paul et Barnabé à Lystres - Paul Menac

Paul et Barnabé à Lystres – Paul Menac

Des pierres commencent à pleuvoir sur Paul, il est traîné hors de la ville où on le laisse pour mort. Où est passé Barnabé ? Il semble avoir échappé à la vindicte de la foule puisque le texte ne le mentionne pas. Voilà les disciples qui accourent vers le corps de Paul laissé sans vie. Tout va-t-il s’arrêter ainsi ? Alors que les disciples prennent place tout autour du corps inanimé de l’apôtre, on imagine un silence pesant de tristesse et de douleur, voilà pourtant que Paul se relève. Paul faisait-il semblant ? Difficile à croire. Était-il réellement mort ? Le texte ne le dit pas. Les disciples ont-ils joué un rôle particulier ? On peut supposer très prosaïquement que la présence rassurante et bienveillante de ses amis – qui peut-être lui ont prodigué les premiers soins – a été nécessaire et suffisante pour relever l’apôtre blessé. Loin de nos stéréotypes modernes où le héros se relève par sa seule force et volonté, prêt à poursuivre le combat, alors qu’on le croyait mort, il a fallu, ici, également les mains charitables de ses amis pour relever Paul.

paulus_barnabas_grt

Paul et Barnabé à Lystres – le sacrifice

Alors qu’il aurait dû prendre la fuite sur le champ, Paul retourne en ville, peut-être pour retrouver Barnabé et reprendre des forces malgré l’hostilité de la ville. Le lendemain seulement, Paul et Barnabé partent pour la ville de Derbé. La route se poursuit, l’aventure continue pour annoncer la Bonne Nouvelle. Paul ne peut faire autrement comme il le dira plus tard : « Si j’annonce l’Évangile, ce n’est pas pour moi un sujet de gloire, car la nécessité m’en est imposée, et malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile ! » 1 Corinthiens 9.16

Héros de la foi, héraut de Dieu

Paul ce super-héros ? Nous savons que si l’imagerie traditionnelle contemporaine peut suggérer une telle comparaison, Paul se sait lui-même poussé et soutenu par un esprit hors du commun et tout puissant, celui de Dieu. Paul, certainement un héros de la foi tout autant qu’un héraut de Dieu.

Stéphane

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s